Cac 40 : La Fed se dirige vers un nouveau tour de vis pour réduire l’inflation, la Bourse déraille

(BFM Bourse) – Dans le sillage de la clôture rouge vive des indices américains, le marché parisien repart sensiblement à la baisse ce mercredi, pénalisé par les commentaires restrictifs d’une responsable de la Fed, les tre nouvelle veniers l’incertitude grandissante quant à l’issue de l’élection présidetielle en France.

En léger repli à l’ouverture des échanges ce mercredi au lendemain d’un recul de 1,28%, le CAC 40 a largement creusé ses pertes initiales dans la matinée et décroche de 1,81% à 6.525 points vers 13h20, un niveau qui correspondrait à un creux de 3 semaines en clôture. “Il ya beaucoup trop d’incertitudes sur le marché”, résument les analystes de Saxo Bank dans leur note matinale. Les investisseurs s’inquiètent notamment de “l’imminence de nouvelles” sanctions à l’encontre de Moscou qui pourraient inclure, pour la première fois, un volet sur l’énergie” relève John Plassard, directeur adjoint des investissements.chez Mir “Le ton plus “hawkish” de certains membres de la Fed est aussi un argument qui explique la tendance du jour” ajoute-t-il.

À Wall Street ce mardi, la séance an en effet “été dominée par les commentaires de la gouverneure de la Fed, Lael Brainard, qui a mis le feu aux poudres sur les marchés des actions et des obligations avec des commentaires très restrictifs” pointe Jeffrey Halley, analyste chez Oanda. “Lael Brainard a laissé entendre qu’une réduction du bilan de la Fed, appelée resserrement quantitatif, pourrait commencer dès le mois prochain et à un rythme beaucoup plus rapide que les efforts précédents. de 0,50% était sur la table, car la Fed était prête à prendre des “mesures fortes” pour contenir les pressions inflationnistes. Ce qui rend les commentaires de cette nuit si importants, c’est que Mme Brainard est généralement l’un des membres les plus “dovish” (accommodant) du FOMC (le “Comité fédéral d’open market” de la Fed). Si elle a basculé du camp des “colombes” à celui des “faucons” (restrictifs), les marchés doivent en prendre note et c’est ce qu’ils ont fait” développe l’expert.

Les marchés restent égallement attentifs à l’instauration de sanctions supplémentaires contre la Russie, dans le contexte de la guerre en Ukraine. La Commission européenne a proposé mardi que les 27 pays de l’Union cessent leurs achats de charbon russe, qui représentent 45% des importations de l’UE, et qu’ils ferment leurs ports aux bateaux opérés par des Russes. L’Union européenne devra prendre “tôt ou tard” des sanctions sur le pétrole et le gaz russes, aussi déclaré mercredi le président du Conseil européen Charles Michel.

Ecart qui se réduit entre Macron et Le Pen

La tendance de la place parisienne mercredi est aussi lestée par une crainte, légère mais grandissante, concernant le denouement de l’élection présidentelle française, dont le premier tour a lieu dimanche. L’orientation négative du marché “reflète ainsi l’intégration de primes de risque”, avec l’écart qui se réduit dans les sondages du second tour entre les deux favoris Emmanuel Macron et Marine Le Pen, estiment les de la Banque postale AM .

Si les incertitudes macroéconomiques se multiplient, un calme plat règne toujours au niveau microéconomique, à quelques jours du lancement (mardi), par LVMH, d’une nouvelle saison de résultats trimestriels, orou de la les tri color ops dans un contexte dégradé.

En attendant et comme la veille, on retrouve plusieurs valeurs automobiles et bancaires parmi les plus fortes baisses de l’indice phare à la mi-journée (-4.7% pour Stellantis, -3.6% pour Société Générale, -3, 3% pour BNP, -3% pour Renault). Saint Gobain (-4.2%) et STMicro (-3,5%) accélèrent aussi leur chute. Et de l’autre côté, rares sont les valeurs à surnager (+2,6% pour Carrefour, +1,7% pour Eurofins).

EDF cède de son côté 2.8% après avoir bouclé son augmentation de capital de plus de 3.1 milliards d’euros – dont 2,7 milliards apportés par l’État – avec une opération sursouscrite à près de 130%.

Parmi les rares actualités du jour, le spécialiste du diagnostic médical Eurobio Scientific confirme son changement de dimension observé en 2020 avec la publication de résultats annuels proches de ceux de l’année précédente, mais lâche 5,6%.

Au chapitre pétrolier, les cours repartent légèrement à la hausse (+1,1% à 107,2 dollars pour le Brent) alors que l’UE s’apprête à briser le “tabou de l’énergie” avec son embargo à venir sur le charbon russe. Sur le marché des devises, la monnaie unique met temporairement un terme à sa violente chute des dernières séances face au billet vert (plus de 2% cédés sur les 4 derniers jours) et s’échange insi à 1,0907 dollar, soit un nive inchangé par rapport à la veille.

Quentin Soubranne – © 2022 BFM Bourse

Leave a Comment