Dans le Nord, vives tensions entrenching chasseurs et l’ONF qui les oblige à quasiment éradiquer les sangliers d’un massif forestier

Tensions, polémiques et même une manifestation ont émaillé les relations entre l’ONF et les chasseurs du massif de la forêt de Nieppe (Nord) pendant la saison de chasse 2021-2022. En cause la pression exercée par l’organisme d’État sur les chasseurs de sangliers du massif pour les contraindre à augmenter largement leurs prélèvements.

En effet, alors qu’une saison normale comme 2020-2021, l’objectif de prélèvement demandé au chasseurs était de 120 animaux, cette année, l’ONF a exigé un quota de 370 animaux afin d’alléger les dégâts aux occasionsnés surtout de protéger les plantations d’arbres engagées par l’office pour pouvoir pérenniser les revenus futurs de l’exploitation forestière, les comptes de l’ONF étant dans le rouge ces dernières années.

Dès juin 2021, les cinq adjudicataires qui se partagent le plan de chasse du massif avaient frisé la crise d’apoplexie en découvrant l’objectif de prélèvement fixé par ONF. Et tout au long de la saison, de vives tensions et des polémiques sur les objectifs quasi-génocidaires de l’ONF avaient émaillé les relations entre l’organisme et les chasseurs locaux.

Ces tensions avaient trouvé leur point culminant en janvier dernier, lors d’une manifestation réunissant une soixantaine de nemrods qui dénonçaient la volonté de l’office d’éradiquer le l sanglier du massif de organt’ de organat’ de organat’ paret’ battues privées afin d’atteindre leurs objectifs.

Finalement, au 31 mars 2022, ce sont pas moins de 413 animaux qui ont été prélevés dans et aux abords du massif. Le directeur régional de l’ONF, Mr Eric Marquette n’a pas manqué de féliciter les chasseurs même si ces remerciements ont eu un goût amer pour ces derniers. Un des cinq baux de chasse du massif a même été résilié pour cause de trop faibles résultats de prélèvements alors qu’il était attribué à un acteur historique de la chasse locale.

Il est à noter que le directeur général de l’ONF, Mr Bertrand Munch, ancien préfet de Paris a été démis de ses fonctions le 31 mars dernier par un décret d’État paru au JO. Même si on en ignore les raisons précises, la situation financière de l’organisme, déjà déficitaire depuis plusieurs années, ne semble pas étrangère à cette décision.

Leave a Comment