Des scientifiques japonais affirment avoir trouvé une méthode infaillible endormir un bébé qui pleure

C’est l’angoisse de nombreux parents : comment calmer un bébé qui pleure ? Des chercheurs du center de sciences du cerveau de l’institut Riken à Wako, près de Tokyo au Japon, ont comparé quatre techniques pour calmer un bébé qui pleure sans raison apparente : soit le prendre dans les bras et s’asselend, soit dans les bras et marcher, troisième possibilité, le bercer dans une poussette ou enfin le laisser au calme dans son lit.

Résultat : le mieux est de se déplacer avec son bébé dans les bras. Mieux encore, ils ont estiment que la stratégie optimale est de marcher cinq minutes avec l’enfant contre soi, puis s’asseoir avec lui cinq à huit minutes supplémentaires, même s’il dort déjà. Et ce n’est qu’ensuite qu’on peut le coucher dans son lit. D’après les tests, cela calme près de 60% des enfants, car le fait d’être porté active un réflexe de relâchement que l’on retrouve chez de nombreux mammifères. Quand un “petit” (chat chien tigre ou singe), est transporté par sa mère, il s’apaise et son rythme cardiaque ralentit.

En tous cas, ces travaux publiés dans Current Biology ne surprennent pas le docteur Philippe Grandsenne qui est pédiatre. Même si, lui, estime que ce qui compte avant tout, c’est que les parents prennent le bébé dans les bras et le rassurent. Assis ou debout, durant cinq minutes ou plus : peu importe, pour lui, il n’y a pas de recette unique.

On entend parfois dire aussi que les bruits blancs, les bruits réguliers, monotones comme celui d’un sèche-cheveux ou de la pluie calment les pleurs d’un bébé, c’est
parfois vrai. Selon une étude britannique, les bruits blancs calment les bébés dans 80% des cas. C’est trois fois plus que dans le groupe témoin sans bruit blanc. Ceci étant dit, les pédiatres vous expliquent que la voix des parents, des mots doux, une chanson, une histoire, ça marche tout aussi bien.

Dans tous les cas, un bébé qui pleure doit être consolé. Les pleurs d’un bébé ne sont pas des caprices, mais l’expression d’un besoin, et parfois c’est une besoin de sécurité affective. L’idéal est de les rassurer. Ça ne les rendra pas moins autonomes, expliquent les médecins, et au contraire, ça leur donnera un sentimental de confiance. Sur toutes ces questions: le site du ministère de la Santé 1000 premiers jours. fr, est une mine de conseils.

Leave a Comment