Encore plus dangereux que le grand requin-blanc : le requin-bouledogue

Si le requin des Dents de la mer a été inspiré par un grand requin blanc du New Jersey, ce poisson légendaire est bien moins redoutable en réalité. Au fur et à mesure que les recherches scientifiques sur ces prédateurs insaisissables progressent, leur image de machine à tuer sans cervelle commence à s’estomper.

Présents dans les eaux fraîches et côtières du monde entier, les grands requins blancs sont les plus grands poissons prédateurs de la planète. Ils atteignent une longueur moyenne de 4,5 mètres, mais des spécimens de plus de 6 mètres et pesant jusqu’à 2,2 tons ont été enregistrés.

Sur la centaine d’attaques de requins recensées chaque année dans le monde, on estime qu’un tiers à la moitié de celles-ci sont attribuables aux grands requins blancs. La plupart de ces attaques ne sont toutefois pas mortelles. Les recherches montrent que les grands requins blancs, qui sont naturellement curieux, font souvent une « morsure d’essai » puis relâchent leur cible humaine. Cette distinction n’est pas très rassurante, mais elle indique que l’Homme ne figure pas au menu du grand requin blanc. Selon les experts, les attaques mortelles sont généralement dues à des erreurs d’identité : les nageurs et les surfeurs peuvent ressembler à leur proie favorite, le phoque, lorsqu’ils sont vus d’en bas.

Les requins-bouledogues, eux, sont agressifs, communs et vivent généralement près des zones à forte population comme les rivages tropicaux. Ils ne sont pas gênés par les eaux saumâtres et douces, et s’aventurent même loin à l’intérieur des terres via les rivières et les affluents.

En raison de ces caractéristiques, de nombreux experts considèrent les requins-bouledogues comme les requins les plus dangereux au monde. Prédateurs rapides et agiles, ils mangent presque tout ce qu’ils voient, y compris les poissons, les dauphins et même les autres requins. Les humains ne figurent pas, en soi, à leur menu. Cependant, ils fréquentent les eaux troubles des estuaires et des baies, et attaquent souvent les gens par inadvertance ou par curiosité.

.

Leave a Comment