France: près de 170 brebis se jettent dans le vide, un ours en serait la cause

Alors que les ours sont réintroduits en France, les éleveurs accusent l’animal de prédation de leur troupeau. Les associations de défense de la biodiversité démentent ces imputations.


Temps de lecture: 3 min

Près de 170 brebis ont été retrouvées mortes dans une estive dans le sud-ouest de la France après s’être jetées dans le vide, les éleveurs pointant la responsabilité de l’ours, tandis’éves queseurs ence les pree .

« Il n’y a pas de doute, 168 brebis qui se jettent dans le vide, il doit bien y avoir quelque chose derrière qui les pousse », a affirmé mardi à l’AFP le président de la Fédération pastorale du département Ariège, Alain Servat. « On ne connaissait pas les dérochements avant la présence de l’ours », at-il assuré.

Pour lui, la seule solution est que l’Etat français « prenne aujourd’hui une décision en disant “la cohabitation (avec l’ours) n’est plus possible” ». « Combien de drames encore avant que de vraies solutions nous soient proposées ? », a déploré sur sa Facebook page l’Association pour la sauvegarde du patrimoine d’Ariège-Pyrénées (ASPAP), en publiant des photos de dizaines de brebis mortes.

Même indignation du côté de la présidente du département de l’Ariège, où vivent la majorité des ours des Pyrénées. « Je suis en colère parce que le travail quotidien de nos éleveurs est mis à mal par un Etat sourd aux appels à l’aide », a écrit Christine Téqui sur sa page Facebook.

« Aucun indice de predation par l’ours »

Au lendemain du dérochement, survenu dimanche, des équipes de l’Office français de la biodiversité ont effectué des consstats sur place. « Dans la plupart des dérochements, depuis 20 ans, les résultats montrent qu’il n’y a aucun indice de prédation par l’ours », affirme pour sa part Alain Reynes, le directeur de l’association Pays de l’ours- Adit.

« N’importe quoi peut faire dérocher un troupeau, un chien, un sanglier, un orage… Mais il n’y a que si c’est l’ours, ou si on laisse penser que c’est l’ours, que ce sera indemnisé (…) même en l’absence d’indices de prédation », ajoute-t-il, en déplorant la « perversité du système».

De nombreux éleveurs, chasseurs et élus locaux sont opposés à la présence de l’ours dans les Pyrénées, défendue par l’Etat et des associations de défense de la biodiversité. Alors que le plantigrade avait pratiquement disparu de ce massif montagneux, un program de réintroduction d’ours bruns de Slovénie a été engage dans les années 1990. Aujourd’hui, ils sont environ 70, selon franment des ésésésés Présés 1990s. , en Ariège côté français, dans le val d’Aran côté espagnol.


Leave a Comment