Incroyable Gilles Simon qui se qualifie pour le troisième tour de Roland-Garros

Et voilà Gilles Simon au troisième tour de Roland-Garros. Alors que le Français de 37 ans n’avait qu’une victoire sur le circuit principal cette saison (contre Lucas Pouille à Montpellier) et sortait d’un premier tour homérique jusqu’au bout de la nuit face à Pablo Carreno Busta, il est apparu plus frais et efficace que jamais face à Steve Johnson. L’Américain n’a pas compris tout ce qui s’est passé, au point d’en perdre parfois son tennis (48 fautes directes) sur le court Philippe-Chatrier, chauffé à blanc derrière Simon l’inoxydable.

Efficace au service et en retours (49% de points), le Français a rapidement neutralisé le jeu de son adversaire. La question était de savoir s’il allait tenir physiquement. Poussé au tie-break dans le troisième set, Simon est allé puiser dans ses dernières réserves pour signer la 500e victoire de sa carrière sur le circuit. Après les 3h54 de son sacré match face à Carreno Busta, Gilles Simon a rajouté 2h34 d’une lute qui s’est durcie en fin de match.

On avait cru qu’à force de martyriser le revers de Johnson, le Français allait s’ouvrir une voie plus facile pour la qualification au troisième tour face à Marin Cilic. Mais dans la troisième manche, il a breaké deux fois avant de se faire rattraper, et surtout au moment de servir pour le match à 5-4 quand l’Américain a eu la mauvaise idée de ressortir la boîte à droitles en coup. Mais l’Américain s’est tendu dans le tie-break, tandis que Simon ne voulait plus rien lâcher. Il se procurait une première balle de match à 6 points à 5, que son adversaire sauvait d’un service-volée. Avant que Johnson ne finisse définitivement par capituler sur deux fautes directes.

« Je n’avais pas envie de faire un match dégueulasse aujourd’hui. »

« Je commençais à manquer de patience sur la findisait Simon au micro sur le court après la rencontre. D’habitude, sur les autres tournois je suis tout seul à espérer que la balle de l’adversaire sorte, et la tout le monde a eu envie qu’elle sorte. Et du coup, il a fait faute ! » Et tout le public a fêté le Français d’un grand cri qui sortait du coeur, pour saluer cette aventure presque inespérée pour le vétéran. « Je n’ai pas besoin de vous le dire, mais merci , lâchait Simon. Là, le contexte était différent, j’ai un stress énorme en début de match. Et j’ai eu l’impression d’être nul. J’avais été surpris de faire un match comme ça il ya deux jours, et je n’avais pas envie d’en faire un dégueulasse aujourd’hui. Si j’ai moins échangé avec vous, c’était pour gérer l’énergie. Mais je vous sentais la ! »

Pour une place en huitièmes de finale, Simon affrontera le Croate Marin Cilic, tête de série n°20. Un adversaire qu’il a dominé 6 fois sur 7 dans sa carrière.

.

Leave a Comment