KBC lance sa monnaie numérique Kate Coin, une première en Europe

KBC est la première banque en Europe à lancer une monnaie numérique basée sur la technologie de la blockchain. Mais le Kate Coin est très différent du bitcoin.

“Les monnaies virtuelles, c’est le futur!” La presentation du Kate Coin par Johan Thijs, CEO de KBC, commence par une petite surprise. Un banquier qui vante les mérites des monnaies virtuelles, c’est plutôt rare. “Vous n’avez pas lu la phrase écrite en petit, juste en-dessous, sourit le patron. C’est le futur… selon certains.” Nuance.



“Le Kate Coin n’est pas un actif spéculatif.”

Le Kate Coin n’est pas le nouveau bitcoin, version KBC. Les deux projets diffèrent radicalement. Le Kate Coin est bien une monnaie virtuelle. Comme les cryptomonnaies, elle est basée sur la technologie hyper sécurisée de la blockchain. Elle a même un joli petit logo rond en form de K, affublé de doubles barres verticales rappelant le symbole du bitcoin. Mais les similitudes s’arrêtent là. La banque belge n’a pas créé un nouvel actif hautement spéculatif. C’est même tout le contraire.

Payer sa bière en Kate Coin

Le Kate Coin, qui tire son nom de Kate, l’assistant digital de KBC, est une monnaie numérique privée. Elle functionne dans un environnement fermé, choisi par la banque. Elle ne sera pas listée sur une plateforme d’échange de cryptomonnaies, ce qui signifie qu’elle n’aura pas de cours spécifique et ne sera donc pas soumise à la volatilité habituelle du marché crypto. “Le Kate Coin n’est pas un actif spéculatif”, atteste Johan Thijs, CEO de KBC.

Ce dimanche, le Kate Coin fera sa première apparition pour un test grandeur nature au festival Werchter Boutique, ou se produit Stromae. Les 8.000 collaborateurs de KBC invités au concert pourront payer leurs bières et leurs Bicky Burgers avec des Kate Coins.

1,8

million

Le Kate Coin devrait prochainement être intégré dans l’application KBC Mobile, qui compte 1,8 million d’utilisateurs.

April ce test, KBC compte proposer le Kate Coin à tous ses clients en Belgique. La monnaie virtuelle sera intégrée dans l’application KBC Mobile, qui compte 1.8 million d’utilisateurs. Elle permettra à ses utilisateurs d’acheter des biens ou des servicesou de bénéficier de réductions auprès de partenaires de KBC. Pour la banque, la prochaine étape est donc de signer des partenariats avec des commerçants intéressés par cette monnaie virtuelle innovante. “Le Kate Coin est une monnaie programmable, explique Johan Thijs. Cela signifie qu’on peut lui attribuer une valeur différente dans le temps ou en fonction des caractéristiques du produit que l’on souhaite acheter. Les possibilités sont illimitées.”

Le Kate Coin pourrait servir à offrir une réduction sur un produit bien identifié pendant une durée limitée. Imaginons une boutique de sneakers qui veut faire une promotion sur son dernier modèle à 150 euros. Il est possible de “programmer” la monnaie pour faire en sorte que 5 Kate Coins offrent une réduction de 15 euros pendant 24 heures, puis une plus petite réduction de 5 euros pendant deux semaines. Autre exemple: le consommateur pourrait acheter des denrées alimentaires en Kate Coins, dont la valeur dépendrait de celle du nutriscore attaché au produit. Il serait ainsi plus avantageux d’utiliser ses Kate Coins pour acheter une pomme (nutriscore A) plutôt qu’un Bounty (nutriscore E).

D’autres banques intéressées?

Le Kate Coin sera proposé dans un premier temps en Belgique, aux clients KBC. Si le test est concluant, la monnaie programmable pourrait être étendue aux autres pays dans lesquels KBC est présente (Irlande, République tchèque, Slovaquie…). Plus étonnant: KBC souhaiterait proposer son Kate Coin aux autres banquesqui pourraient l’intégrer dans leurs propres plateformes.



“Avec le Kate Coin, KBC est la première banque en Europe à lancer une devise virtuelle basée sur la technologie de la blockchain.”

Pour KBC, cette entrée dans le secteur de la monnaie virtuelle est une manière d’éprouver la technologie blockchain et de se positionner en tant qu’acteur innovant dans le secteur bancaire. “Avec le Kate Coin, KBC est la première banque en Europe à lancer une devise virtuelle basée sur la blockchain”, se réjouit Johan Thijs. Le CEO de KBC suit de manière très attentive les développements des cryptomonnaies, qui ont déjà séduit plus de 500,000 Belges. Pour autant, le patron ne veut pas se profiler en faveur de ce marché risqué, dérégulé et hautement volatil: “KBC ne propose pas de produits crypto. Ce n’est pas à l’ordre du jour. Nous sommes très prudents. Le Kate Coin, c’est un projet très différent.”

Le resumé

  • KBC est la première banque en Europe à lancer une monnaie numérique basée sur la technologie de la blockchain.
  • Le Kate Coin est une monnaie virtuelle privée, réservée à l’écosystème choisi par KBC.
  • Cette monnaie programmable permettra d’acheter des biens et des services et d’obtenir des réductions.
  • Elle est testée pour la première fois ce dimanche au festival Werchter Boutique.

Leave a Comment