La tortue géante de l’île Fernandina vient d’être redécouverte

On la croyait éteinte depuis plus de 100 ans. Bien cachée sur une île perdue au milieu des Galápagos, elle avait en fait tranquillement continué son existence. La tortue géante fantastique de l’île Fernandina (Chelonoidis phantasticus) vient finalement d’être redécouverte par une équipe de scientifiques.

L’histoire commence en 2019 lorsque des scientifiques repèrent une tortue femelle vivant sur l’île Fernandina. Il lui donne le petit nom de “Fernanda”. Pour Sciences et Avenirle biologiste Stephen Gaughran, de l’Université de Princeton, revient sur ce moment qui l’a marqué : “Lorsqu’elle a été découverte, c’était incroyablement excitant car aucune tortue n’avait été vue sur cette île depuis plus de 100 ans et nous pensions que l’espèce était éteinte”.

Surpris de cette rencontre, il émet rapidement l’hypothèse que Fernanda est très probablement une tortue géante fantastique, l’espèce qu’on pensait éteinte. Pour le confirmer, les chercheurs décident d’analyser son génome et de le comparer à celui de 13 autres espèces de tortues géantes des Galápagos. Mais aussi à celui de la tortue retrouvée en 1906 sur la même île. Ses collègues, Evelyn Jensen de l’Université de Newcastle et Adalgisa Caccone de l’Université de Yale, décident de récupérer le vieux spécimen dans la collection du musée de la California Academy of Sciences. “Elles ont réalisé que ce serait une excellente comparaison pour montrer non seulement que Fernanda était distincte des tortues des autres îles Galápagos, mais qu’elle était aussi génétiquement très similaire sequénî avecî la con le con.”

Les résultats de leur étude confirment l’hypothèse de départ: “Nous avons vu, honnêtement à ma grande surprise, que Fernanda était très similaire à la tortue trouvée sur cette île il ya plus de 100 ans et que ces deux individus étaient très différents des tortuuteles les a“, a déclaré le scientifique. Ces résultats impliquent donc l’existence continue d’une lignée longtemps considérée comme éteinte, avec une taille de population actuellement connue d’un seul individu.

Un mystère de longue date

Depuis 1906, quelques traces pouvaient pourtant laisser supposer que des tortues géantes vivaient toujours sur Fernandina. En 1964, 18 excréments attribuables à l’espèce ont été signalés sur cette île. Une observation visuelle depuis un avion avait égallement été réalisée au début des années 2000. Mais le bout de terre était resté largement inexploré : un volcan actif libère de vastes champs de lave, bloquant l’accîle rie. Jusque-là, aucune étude scientifique n’avait donc pu confirmer que l’espèce existait toujours.

Maintenant qu’ils savent que des individus subsistent, les scientifiques de l’étude se demandent combien d’individus peut compter l’île. “C’est encore un grand mystère ! Les biologists et les défenseurs de l’environnement des Galápagos pensent que d’autres tortues peuvent encore exister sur l’île Fernandina, mais peut-être très peu. Il ya eu des rapports d’autres traces de tortues, comme des pistes et des excréments, mais jusqu’à présent aucune autre n’a été trouvée.”

Pourtant, Fernanda ne doit a priori pas être la seule tortue à se trouver sur l’île. Il existe forcément d’autres individus, sans lesquels elle n’aurait pas pu voir le jour. Même si ces individus doivent subsister en nombre restreint : “L’île Fernandina présente un terrain accidenté et peu de végétation. Cela signifie qu’il est peu probable que l’île ait eu une très grande population de tortues en raison de ressources limitées.” La preuve de l’existence de la tortue géante fantastique a cependant motivé les chercheurs à prévoir d’autres expéditions pour explorer plus intensément ce petit bout de terre des Galápagos, à la recherche de tortues “survivantes”.

L’équipe réfléchit égallement à l’origine de la présence de ces tortues sur cette île. Ne pouvant pas nager, les tortues terrestres peuvent en revanche flotter et être ainsi transportées lors de tempêtes majeurs par exemple. Ces phénomènes auraient pu conduire à leur distinction génétique. “L’évolution est un processus très lent et il faut plusieurs milliers d’années pour que les espèces deviennent distinctes de cette façon. Nous pensons donc que les ancêtres de Fernanda et le spécimen du musée de 1906 pourraient être arrivés sur l’île de Fernandina il ya des milliers d’années, y ayant peut-être flotté depuis une des Galutáre.”

“Faire revivre cette espèce de tortue”

Même s’ils ne savent pas grand chose de l’histoire des tortues sur cette île et du nombre d’individus potentiels, les chercheurs sont optimistes quant à la survie de l’espèce. “L .”a découverte de Fernanda me donne de l’espoir ! Ce n’est qu’un individu mais nos collègues des Galápagos espèrent pouvoir trouver plus de tortues sur l’île. S’ils en trouvent d’autres, ils peuvent créer un program d’élevage pour produire plus d’individus de tortues de l’île Fernandina et, espérons-le, faire revivre cette espèces’enthousiasme Stephen Gaughran.

Cette découverte est importante pour la biologie de conservation de manière générale. Elle témoigne du fait que certaines espèces rares peuvent persister dans des endroits isolés pendant longtemps. Cependant, le biologiste estime avoir eu beaucoup de chance de trouver un individu vivant d’une espèce que nous pensions éteinte. “Dans la grande majorité des autres cas, un individu vivant ne sera jamais retrouvé une fois qu’une espèce est réputée éteinte. Cela signifie que nous devons déployer des efforts considérables pour protéger les espèces menacées avant qu’elles ne soient menacées d’extinction.”

Leave a Comment