L’Allemagne enregistre un taux de croissance nul au 2ᵉ trimestre et voit pointer la menace d’une récession

Après les Etats-Unis, l’Allemagne enregistre un taux de croissance qui soulève des inquiétudes. Le pays affiche en effet un taux de croissance nul au deuxième trimestre de l’année 2022, selon des chiffres préliminaires publiés vendredi 29 juillet.

Après une croissance de 0,8 % au premier trimestre, la première économie européenne se retrouve à la peine dans « un contexte économique mondial difficile, avec la pandémie de Covid-19, les chaînes d’approvisionnement perturbées, la hausse des prix et la guerre en Ukraine »explique l’institut statistique fédéral statis dans un communiqué.

Ce taux de croissance fait basculer le pays au rang des plus faibles performances économiques de la zone euro au second trimestre, alors que l’ensemble des pays européens est touché par une forte inflation (8.9%), et alimente les’ craints d une recession dans les prochains mois.

Lire aussi: Aux Etats-Unis, la croissance se contracte et la crainte d’une récession grandit

Les conséquences de la crise de énergétique « encore à venir »

La guerre en Ukraine a mis fin au fort rebond de l’économie allemande entamé il ya un an, après la récession historique provoquée par la pandémie en 2020.

Au premier rang, l’inflation des prix de l’énergie qu’elle an entraînée pénalise particulièrement la puissante industrie du pays, dépendante du gaz russe.

Selon une étude de la chambre de commerce et de l’industrie du pays (DIHK), 16% des entreprises industrielles ont été contraintes de réagir à la crise énergétique en réduisant leur production ou en suspendant, au moins’ partectiellements, .

Lire aussi: Article réserve à nos abonnes Réduction des livraisons de gaz russe : les Occidentaux et Moscou se renvoient la responsabilité

Moins cher à produire et à transporter, le gaz acheté à la Russie a contribué durant des décennies à la prospérité de l’industrie allemande, qui consomme 30% du gaz brûlé en Allemagne. Plus de la moitié du gaz importé par le pays Pronait, avant la guerre en Ukraine, de Russie. Cette part est passée depuis à 35%.

La crise énergétique « est encore à venir pour l’économie » allemande, ainsi prévenu vendredi le ministre de l’économie, Robert Habeck, anticipant « un hiver difficile ».

Dès le 1er octobre, les Allemands vont notamment voir leurs factures s’envoler avec la décision du gouvernement, actée jeudi, de permettre la répercussion de la hausse des prix de l’énergie sur le consommateur.

« Une décision difficile, mais nécessaire »a commenté le ministre, qui a précisé que cela représenterait une charge de « quelques centaines d’euros supplémentaires par ménage »pour laquelle le gouvernement a promis des aides.

Taux de chômage en hausse

A cela, s’ajoute l’impact sur l’économie allemande de la politique de Pékin contre le Covid-19, qui a entraîné confinements et fermetures d’usines en Chine, premier partenaire commercial du pays. Les entreprises exportatrices, piliers du modèle allemand, sont particulièrement affectées, notamment la filière automobile privée de composants essentiels.

Les services ont eux bénéficié de la levée des restrictions sanitaires, mais l’embellie a pris fin en juin sur fond d’inflation élevée qui grignote le pouvoir d’achat des ménages.

Depuis le printemps, Berlin table toutefois sur une hausse de 2,2 % du produit intérieur brut (PIB) cette année, contre 1,9 % selon la prévision de juin de la Banque fédérale (Bundesbank). Mais un arrêt des livraisons de gaz russe en Europe réduirait la valeur du PIB allemand de 1,5 % en 2022 et de 2,7 % en 2023 selon le FMI.

Le taux de chômage a lui augmenté en juillet dans le pays, pour le deuxième mois d’affilée, en raison de « l’enregistrement des réfugiés ukrainiens » sur le marché de l’emploi, an indiqué vendredi l’agence pour l’emploi dans un communiqué.

Le pays connaît égallement un fort manque de main-d’œuvre dans tous les secteurs : les autorités comptabilisent 881 000 posts à pourvoir, soit 136 000 de plus sur un an.

Voir en graphiques: Quel est le niveau de dépendance des pays européens au gaz et au pétrole russe ?

Le Monde avec AFP et Reuters

Leave a Comment