L’armée polonaise commande des ponts flottants motorisés au français CNIM pour 320 millions d’euros

Étant donné le nombre de chars qu’elle aligne, l’armée polonaise a besoin de moyens pour franchir les cours d’eau [ou les « coupures humides »]. D’où la commande qu’elle vient de passer auprès du groupe français CNIM, qui, pour rappel, équipe l’armée de Terre avec ses ponts flottants motorisés [PFM]lesquels ont récemment été modernisés.

L’annonce de la signature de ce contrat a été faite par le ministre polonais de la Défense, Mariusz Błaszczak, via Twitter. Cela étant, s’il en a donné la valeur [1,5 milliard de zlotys, soit un peu plus de 320 millions d’euros]il n’a pas précisé l’entreprise à qui il venait d’être notifié.

Cela étant, CNIM Systèmes Industriels a fait savoir, plus tard, qu’il fournirait « plusieurs centaines de mètres de Pont Flottant Motorisé » de nouvelle génération à l’armée polonaise.

« La nouvelle génération de ponts flottants motorisés PFM répond aux besoins des armées de terre pour le franchissement continu ou discontinue des véhicules les plus lourds. En remportant cet appel d’offre, CNIM Systèmes Industriels réaffirme sa position de leader pour la fourniture de systèmes de franchissement hautes performances », a commenté Xavier Montazel, le directeur de « Business Unit » Systèmes de l’industriel français.

Pour rappel, un PFM est constitué de plusieurs modules d’une dizaine de mètres de long, dotés chacun de deux moteurs hors-bord et pouvant se verrouiller les uns aux autres. Des rampes d’accès sont installées aux extrémités. Il est aussi possible de l’utiliser comme un bac pour naviguer d’une rive à l’autre.

Le Pont Flottant Motorisé de nouvelle génération choisi par la Pologne est compatible avec l’ensemble des porteurs 8×8 en service dans les forces armées des pays membres de l’Otan. « Équipés de moteurs intégrés haute performance », explique CNIM Systèmes Industriels, « ses modules sont pilotés par une commande unique garantissant une construction et une mise en oeuvre simples et rapides tout en réduisant l’empreinte logist [pas de recours aux bateaux pousseurs auxiliaires, par exemple] et le nombre d’opérateurs”. En outre, il peut être équipé de deux rampes d’accès différentes [tactique ou flottante].

En outre, assure CNIM, le PFM NG est aérotransportable et interopérable avec l’ensemble des ponts flottants en service. L’un de ses atouts et qu’il permet le franchissement de cours d’eau de tous les types de véhicules blindés, dont le char M1A2 Abrams, récemment commandé à 250 exemplaires par la Pologne auprès des États-Unis. D’ailleurs, M. Błaszczak n’a cité que le char américain pour justifier cette commande.

Sans doute que ce contrat obtenu par CNIM en annoncera d’autres. Les Pays-Bas pourraient suivre… De même que la… France, la Direction générale de l’armement [DGA] ayant émis, l’an passé, une demande d’information dans le cadre du program SYFRALL [Système de franchissement lourd-léger] afin de remplacer, à terme, les PFM2. Et cela pour au moins deux raisons : l’âge de ces systèmes et, surtout, la masse des véhicules SCORPION, bien plus lourds que leurs prédécesseurs.

Leave a Comment