le flop de l’ouverture à la concurrence

DÉCRYPTAGE – Trenitalia sur le TGV Paris-Lyon, Transdev sur le TER Nice-Marseille: seuls deux opérateurs profitent de la libéralisation du rail.

Deux allers-retours quotidiens entre Paris et Lyon pour commencer, puis trois et maintenant cinq. Trenitalia, qui défie la SNCF in France depuis mi-décembre 2021, monte en puissance avec ses TGV rouges. La demande est au rendez-vous: fin mai, la compagnie historique italienne avait déjà transporté 280,000 passagers dans ses Frecciarossa sur ce trajet. Et la SNCF n’a pas à s’en plaindre. «Nous n’avons pas perdu de clients dans nos TGV Paris-Lyon», affirme Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs.

Plus de passagers prenant le train via deux opérateurs qui se frottent les mains, quelle meilleure publicité pour l’ouverture du rail français à la concurrence, mise en musique mi-2018 par la loi sur le pacte ferroviaire? Pourtant, Trenitalia est un peu l’arbre qui cache la forêt. Avec la fin du monopole de la SNCF, on s’attendait à voir déferler les opérateurs alternatifs. Finalement, ils ne sont pas venus. En tout cas, pas en masse.

«La libéralisation du rail, qui était présentée comme une montagne…

Cet article est réserve aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Deja abonné ? Connectez-vous

.

Leave a Comment