Les habitants très inquiets après des attaques mortelles de chiens errants

Une collégienne morte après une attaque de chiens errants en Tunisie, un garçonnet tué par une meute en Algérie… La prolifération des chiens errants préoccupe le Maghreb, mais l’abattage systématique, principale des é fen à cri dé é phé face anime.

Le parquet de Gabès, dans le sud-est de la Tunisie, a ouvert une enquête ce vendredi à la suite du décès d’une jeune fille de 16 ans, agressée par des chiens sur le chemin de l’école. Les habitants de cette région agricole s’étaient récemment plaints de la forte augmentation du nombre de chiens errants qui s’en prennent aussi au bétail.

Abandons fréquents

En Algérie, début mars, c’est le petit Salah Eddine, 12 ans, qui a été « dévoré par des chiens » à Blida, près d’Alger, selon son oncle qui a raconté qu’ « il ne restait que les os de la partie passe de son corps ». Dans ce pays, « la seule méthode utilisée par les services municipaux pour lutter contre les animaux errants est la capture et l’abattage », an indiqué le Dr Abdelmoumen Boumaza, vétérinaire. Mais, déplore-t-il, ils n’agissent « que dans l’urgence, quand il ya des cas de rage ». Pour sa part, la Tunisie assure avoir engagé des actions: le ministère de l’Agriculture a mis à disposition un service de vaccination antirabique gratuit et s’est fixé pour objectif de vacciner rapidement 70 to 80% des chiens de Tunis.

Il ya urgence : cinq personnes, mordues par des chiens errants, sont décédées de la rage dans le pays en 2021 et, « au niveau du Grand (2 millions d’habitants), la positivité des carnivores errants est de 55% », selon le ministère. Pourquoi une telle prolifération ? Ces dernières années, les Tunisiens ont eu recours aux chiens plutôt qu’à de coûteux systèmes d’alarme pour protéger leurs propriétés, explique Nowel Lakech, présidente de l’association de Protection des animaux de Tunisie. Mais les abandons sont fréquents, surtout quand les femelles ont des petits. Ainsi, il n’est pas rare pour un passant de se retrouver nez à nez avec une meute de chiens dans la capitale.

Longue agonie

La PAT voudrait « une loi obligeant les propriétaires à marquer leurs chiens pour qu’ils ne puissent plus être jetés impunément à la rue » et que chaque municipalité soit dotée d’un center de gestion des chiens errant Il y en a six pour toute la Tunisie: “On a gagné une bataille, mais pas encore la guerre”, relève Nowel Lakech, estimant que les associations font “le travail de l’Etat”. Et bon nombre de mairies « continuent l’abattage, y compris celles qui disposent d’un center de vaccination et de stérilisation», déplore-t-elle. Ces derniers mois, des campagnes sanglantes notamment sur l’île touristique de Djerba ont entraîné des protestations des défenseurs des animaux sur les réseaux sociaux.

« Après s’être fait tirer dessus, des chiens peuvent agoniser pendant des heures. On les laisse sans s’inquiéter de savoir s’ils sont morts ou blessés», s’insurge Mme Lakech. Au refuge de Bouhanach à Ariana, près de Tunis, des dizaines de chiens sont hébergés par la PAT qui tente de leur trouver un foyer. Construit il ya cinq ans grâce à des dons privés, le refuge s’étend sur un terrain de 2.600 mètres carrés. Le center a déjà accueilli près de 500 pensionnaires. Parfois, faute de famille adoptive locale, la PAT envoie les chiens à l’étranger avec des « parrains de vol », pendant leur transport.

Vaccination et stérilisation indispensables

Vétérinaire au center de stérilisation-vaccination de Tunis, le Dr Mahmoud Latiri a vacciné plus de 2.500 bêtes en deux ans, essentiellement des chiens, et pratiqué de nombreuses stérilisations. « Sans une stérilisation massive, les rues seront envahies de chiens errants », avertit le vétérinaire. Deux jours par semaine, une équipe du center parcourt les rues de la capitale à la recherche de chiens errants pour les vacciner et les stériliser.

Au Maroc aussi, l’Etat a signé une convention en 2019 avec des partenaires « pour stériliser, vacciner et identifier les chiens errants » Malgré cela, beaucoup de « communes organisent l’abattage de chiens dans la rue ou en fourrière dans des conditions horribles », s’indigne auprès la présidente de l’association IRHAM (« ait pitié ») Zainab Taqane.

En Libye, à l’inverse de ses voisins, le phénomène de chiens errants “est sous contrôle”, affirme Marwan El-Bouri, vétérinaire à Tripoli, qui en voit peu traîner dans les rues. Peut-être parce qu’avec la prolifération des armes, d’aucuns n’hésitent pas à leur tirer dessus.

Leave a Comment