Les moustiques-tigres s’installent même en ville : voici les bons gestes pour les tenir à distance

Si l’on devait dresser un portrait-robot du moustique-tigre, il faudrait d’abord parler de son costume, des rayures noires et blanches sur le corps et sur les pattes. Puis de sa taille de lilliputien (moins de 0,5 cm) et enfin du fait qu’il est plutôt silencieux, n’est pas vraiment noctambule et pique donc plutôt le jour. Il ya fort à parier que vous ayez déjà croisé sa route sans même le savoir car Aedes albopictus, de son nom scientifique, a su s’adapter à notre climat est désormais présent danséparté tropolis 67 de France 96 dé

Au 1er janvier dernier, d’après le site de l’Anses signalement-moustique, 3934 communes ont été colonisées par cet insecte originaire des forêts tropicales d’Asie du Sud-Est, sans doute arrivé en Europe via le commerce international à intérieur de pneus usagés.

« Sa population se densifie autour de l’Île-de-France »

« Il ne cesse de remonter vers le Nord de la France et a population se densifie dans la vallée du Rhône, autour de l’Île-de-France et sur la côte atlantique », souligne Elsa Quillery, coordinatà d’expertise scientif ‘Anses.

De quoi inquiéter les autorités sanitaires car le tigre est capable de transmettre à l’homme différents virus comme la dengue, le chikungunya ou zika. La France observe régulièrement des cas « importés » de dengue touchant des voyageurs français de retour de séjours dans des zones tropicales où le moustique sévit plus encore que dans l’Hexagone.

Mais dès 2010, deux cas “autochtones” de dengue et deux de chikungunya avaient été détectés respectivement à Nice et à Fréjus.

Idem l’an dernier avec deux cas de dengue dans le Var et près de Montpellier. Les autorités sanitaires avaient par ailleurs déclenché en 2021 aussi un protocole de démoustication après la découverte d’un cas de dengue chez un habitant d’Alfortville (Val-de-Marne).

N’allez d’ailleurs pas croire que vous êtes tranquille si vous vivez en ville, car Aedes Albopictus ne dédaigne pas s’installer dans les zones urbaines très denses.

Comme il raffole des zones humides et aime s’installer dans les vases, fûts, rigoles, gouttières et autres trous d’eau, l’Anses conseille vivement de vider régulièrement les coupelles et vases des sous’ de fleurê vos pots poissons qui mangeront les larves si vous disposez d’un bassin d’agrément dans votre jardin.

Leave a Comment