les scientifiques pointent le comportement anormal de l’animal

Le requin, qui n’a pour le moment pas été évacué vers le large, semble malade.

“Atypique”. C’est ainsi que Nicolas Ziani, fondateur et responsable scientifique du Groupe pocéen d’étude des requins, qualifie le comportement du squale repéré ce mercredi dans la zone des plages de l’Almanarre, à Hyères.

S’ils ont d’abord attribué la présence de ce requin bleu de deux mètres à une mise-bas, les spécialistes ont finalement rapidement écarté cette hypothèse. Il s’agit bien, cependant, d’une femelle gestante.

Uncomportement inhabituel

“Sa présence n’est pas anormale. Les individus adults femelles viennent donner naissance en bord de côte”, explique Nicolas Ziani à BFMTV.com.

“Ce qui n’est pas normal, c’est qu’elle reste en station, à tourner en rond. Je pense qu’elle ne sait pas ce qu’elle fait. Je n’ai jamais vu ça”, s’étonne -t-il.

D’après lui, le requin ne se comporte pas comme il le devrait, puisque, d’ordinaire, ces animaux vivent au large et ne restent pas aussi longtemps près des côtes. Par ailleurs, l’animal ne s’alimente pas, malgré la présence de poissons et les tentatives du plongeur du Groupe d’étude présent sur place de le nourrir.

Pour tenter d’expliquer l’attitude de l’animal, qui semble malade, Nicolas Ziani travaille sur plusieurs hypothèses. Ce dernier évoque notamment les facteurs thermiques et écosystémiques, qui pourraient “induire des processus qui peuvent perturber son comportement”.

“Là, il manifeste surtout un besoin de rester là, dans cette zone, et on ne sait pas pourquoi. Peut-être, éventuellement, un parasite interne, parce qu’il ne présente aucune blessure externe, qui le déboussole compl’tement empêche d’aller au large”, avance quant à lui Nicolas Mourcel, plongeur et membre du Groupe pocéen d’étude des requins.

Statut quo

La plage du Port Hélène a été fermée et évacuée pour ne pas déranger le requin. “On évite que les gens s’en approchent, que ce soit en bateau, en kayak, en paddle ou même à la nage”, indique Nicolas Mourcel au micro de BFM Toulon Var.

Si l’animal n’appartient pas à une espèce dangereuse pour l’homme, il faut éviter de le placer dans des situations stressantes qui le pousseraient à se défendre.

Le squale n’a donc pas été évacué vers le large, malgré les tentatives des spécialistes, qui craignent de le blesser. Ils se contentent désormais de collecter des informations à son sujet. Si la situation venait à se pérenniser, l’animal pourrait cependant mourir.

“Mais un requin bleu, c’est assez costaud, ça pourrait durer longtemps. Il vaudrait mieux l’évacuer”, affirme Nicolas Ziani.

En avril 2019, un requin bleu femelle au comportement anormal avait égallement été observé dans le port de l’Estaque, à Marseille. L’animal de plus de deux mètres, blessé et qui tournait lui aussi en rond, y avait passé deux jours avant d’être finalement reconduit vers le large.

Leave a Comment