Ligue des champions – Liverpool s’impose sur le terrain de Benfica (1-3) et prend une grosse option

Un cran au-dessus, Liverpool prend une grosse option avant le match retour. Trop forts mais aussi trop gestionnaires, les Reds ont logiquement pris le dessus sur Benfica en quarts de finale aller de la Ligue des champions, dans le stade de la Luz. L’addition aurait même pu être plus corsée sans un Odysseas Vlachodimos des grands soirs, qui a quand même dû s’incliner face à Ibrahima Konaté (17e), Sadio Mané (34e) et Luis Diaz (87e).

Brouillons en attaque et dépassés par les multiples appels en transition des offensifs adverses, les Lisboètes ont manqué de justesse dans leurs déplacements, malgré un second acte réussi dans la lignée de la réduction du score de Darwin Nunez (49). Aligné pour la première fois depuis les barrages de la Coupe du monde, le duo Mané-Salah a régalé avant de s’éclipser.

Ligue des champions

Une première et une boulette : Konaté, apprentissage express

IL YA UNE HEUR

Konaté, buteur et fautif

La cathédrale de la Luz a senti le parfum des grandes soirées et revêtu à l’occasion son plus bel habit de lumière pour les Aigles, accueillis sous un grondement mélodieux, du genre à vous filer la chair de poule. Pas intimidés par l’enjeu, les locaux sont immédiatement rentrés dans leur match. Dix premières minutes de bonne facture rapidement balayées par le réveil des Scousers, d’abord dangereux sur une double occasion de Naby Keita et Trent Alexander-Arnold (12e), puis létaux sur une tête surpuissante du Frenchy Ibrahima a Konate de (17e), son premier but sous ses nouvelles couleurs.

La joie d’Ibrahima Konaté face à Benfica

Credit: Getty Images

Aligné ensemble pour la première fois depuis la trêve internationale, le duo star de Liverpool an assuré en première mi-temps. De l’activité et un manque de réalisme pour Mohamed Salah (9e, 45e), un but de renard pour Sadio Mané (34e), finisseur sur un service parfait de la tête de Luis Diaz, préféré à Diogo Jota au coup d’envoi . Au terme d’un premier acte de feu, les Reds ont assommé un stade de la Luz moins volubile, qui n’attendait que la mèche pour s’embraser à nouveau. Pyromane malgré lui, Konaté a relancé les Lisboètes après un dégagement raté sur un center rasant de Rafa Silva parfaitement conclu par Darwin Nunez au retour des vestiaires (49e).

Si la réduction du score de l’Uruguayen est née d’un concours de circonstance, la réponse des Aigles sur le terrain avait de l’allure et de la matière. Bousculés, les Scousers ont multiplié les fautes techniques, dans le sillage d’une attaque subitement aphone et moribonde. Quelques secondes après une massive occasion d’Everton, qui avait pourtant Nunez seul sur sa droite (60e), Jürgen Klopp a choisi de sortir ses deux esthètes, remplacés by Diogo Jota et Roberto Firmino. Des changes précoces qui traduisent la pensée du technicien allemand, l’esprit déjà rivé vers le choc du week-end face à Manchester City.

Liverpool déjà tourné vers City

Subitement requinqué, Benfica s’est créé nombre de situations intéressantes, sans pour autant en profiter. Une action litigieuse trottera certain longtemps dans les crânes lisboètes, chafouins de voir la moue de l’arbitre espagnol devant le geste du bras de Virgil van Dijk, déposé sur un crochet de Nunez dans la surface (67e). L’heure n’était déjà plus aux remords, alors que le dernier quart d’heure approchait, le tout sur un rythme bien pauvre, la faute à des Reds calculateurs de leurs efforts.

Hormis un contrôle osé d’Alisson devant Rafa Silva, la fin de rencontre a penché à l’avantage des visiteurs, finalement bien heureux de voir Diaz prendre de vitesse l’arrière-garde locale, surprise par la superbe passe verticale de Naby Keita ( 87e). Malgré un choc fatal à Fabinho dans le temps additionnel, Liverpool peut s’estimer heureux de repartir de Lisbonne avec un avantage de deux buts, au vu de l’intensité mise au cours du second acte. Les Reds ont fait tourner et peuvent déjà entrevoir le cap des demi-finales. Ne restera plus qu’à finir le job à Anfield, mercredi prochain.

Ligue des champions

1,77m mais référence dans les airs : pourquoi Jota est-il si fort de la tête ?

IL YA 19 HEUR

Ligue des champions

“Nous assurer qu’il n’ait pas trop le ballon” : Darwin, le facteur X qui inquiète Klopp

HIER À 22:28

Leave a Comment