Masters Augusta – 1er tour – Tiger Woods : “Me voilà exactement là où je voulais être”

Il a serré le poing, après son troisième birdie du jour, le plus spectaculaire, sur le 16. Il a électrisé la foule. Il a râlé. Il a fermé les yeux pendant cinq bonnes secondes avant de lâcher un de ses plus beaux coups de la journée. Il a lâché quelques “putain !” Bref, Tiger a fait du Woods. Celui d’avant l’accident du 23 février 2021.

Mais le public d’Augusta a aussi découvert le nouveau Woods. Le miracule. Celui dont la jambe droite, tige de fer dans le tibia pour le restant de ses jours (sans oublier les plaques dans la cheville et le pied), est si meurtrie que son plus grand défi, dans ce masters, n’est pas de frap ses drives, de toucher les greens ou de rentrer, ses putts, mais de marcher. Le Tigre n’a pas caché sa douleur. On l’a vu se tenir le dos. Les spectateurs ont même plus l’entendre implorer sa jambe : “Allez jambe, putain Mais elle a tenu bon et lui avec.

Masters

Incasable : Woods ne rate pas son retour

IL YA 11 HEUR

Mieux que son score moyen au 1er tour à Augusta

Après 18 trous pas comme les autres, le Californian a signé au club house une carte de 71, presque miraculeuse quand on sait d’où il revient. A 46 ans, sans avoir disputé le moindre tournoi officiel depuis dix-sept mois, il a rendu coup pour coup face à un des parcours les plus exigeants de la planète. Placé dans le peloton, juste derrière les premiers échappés, Woods avait toutes les raisons d’être satisfait : “Me voilà exactement la ou je voulais être“, s’est félicité celui vers qui tous les regards étaient tournés jeudi.

Pour donner une idée de sa performance, il suffit d’une seule statistique : sur l’ensemble de ses 23 premières participations au Masters, le score moyen de Woods lors du premier tour s’élève à 71,8. Il est resté en-deçà et cela défie presque l’entendement. “Je suis venu ici pour voir si je pouvais jouer et j’ai pu le faire comme je le voulais. Je me suis senti bien“, at-il résumé.

Pourtant, tout avait mal commencé avant même de débuter. Le quintuple porteur de la Veste Verte a de son propre aveu vécu un début de journée très difficile. “Je n’ai pas du tout fait un bon échauffement, at-il avoué au micro d’ESPN. Alors je me suis rappelé ce que mon père me demandait dans ces moments-là : ‘Tu as accompli des tâches ? Tu t’es échauffé ?’ Oui, alors je pouvais commencer à jouer et c’est exactement ce que j’ai fait. Je me suis dit ‘Vas-y, tu sais où mettre la balle‘”.

Tiger Woods salue la foule sur le green du 18 à Augusta après son remarquable premier tour du Masters.

Credit: Getty Images

L’idée c’est de continued à pousser, tout en étant capable de bien récupérer tous les soirs

Ça, il sait faire, oui. Alors il l’a fait. Comme si de rien n’était. Comme s’il ne traînait pas la patte, léger claudiquement presque imperceptible à l’œil nu pour qui ne saurait pas mais n’échappe pas à celui qui connaît l’histoire récente du Tigre. “Je me suis dit, une fois que l’adrénaline était bien montée, que j’allais rentrer dans ma bulle et que je devrais être capable de gérer les affaires courantes. J’ai fait deux erreurs stupides au N°8 (là où il a commis le premier de ses deux bogeys, NDLR) après une légère perte de concentration. Mais je me suis battu pour revenir dans le coupEt le voilà donc exactement là où il voulait être.

Tout n’a pas été parfait. Ses drives, sans sa puissance de jadis, sont restés souvent plus courts qu’il ne l’aurait sans doute souhaité. Ses approches ont manqué de justesse. Ce fut le gros point noir de son jeu dans ce premier tour. Mais la qualité de son putting et de son jeu de fers lui ont permis de se maintenir plus qu’à flot pour achever ce 18 du grand retour en se montrant plus fort que le parcours, même d’une courte tête avec ce -1.

Historiquement, Woods a toujours mieux joué au Masters lors du deuxième tour que sur le premier. Mais la donne est évidemment différente et il est possible que le plus dur soit devant pour l’Américain, dont la faculté à durer sur l’ensemble du week-end géorgien demeure une vraie interrogation. “L’idée c’est de continued à pousser, tout en étant capable de bien récupérer tous les soirs. C’est la partie la plus difficile“, at-il concédé. Il est trop tôt pour rêver à un 6e sacre synonyme de record, celui de Jack Nicklaus, son unique rival à l’échelle de l’histoire du golf. Mais il est déjà temps de saluer une performance que personne n’aurait pu envisager il ya seulement quelques semaines.

Masters

Woods frôle le trou en un !

IL YA 15 HEUR

Masters

13 mois plus tard, Woods a officiellement renoué avec la compétition

IL YA 16 HEUR

Leave a Comment