Pourquoi les cryptomonnaies sponsorisent la F1 ?

FTX, Velas, Tezos, Bybit… Ces noms ne vous disent peut-être rien, pourtant ils figurent en bonne place sur la majorité des monoplaces, des combinaisons de pilotes, voire du paddock de F1. Derrière ces mystérieuses marques se cachent des sociétés d’un genre nouveau : des infrastructures blockchain (technologie qui permet de stocker et de transmettre des informations de manière transparente, sécurisée et sans organe central de contrôle) et ‘des crypto plateforms de contrôle.

Vous êtes perdu ? Pas de panique. La cryptomonnaie, ou tout simplement la crypto, est un actif numérique, ne reposant donc sur aucun support physique, à l’inverse du contenu de votre portefeuille. Il en existe environ 10 000 différentes, les principales étant le Bitcoin et l’Ether, qui englobent les deux tiers du marché. Cette crypto s’échange de pair-à-pair, c’est-à-dire à travers un réseau informatique décentralisé, donc sans l’intermédiaire d’une banque ou d’un état. La capitalisation totale du secteur des devises digitales s’élève aujourd’hui à environ 2000 milliards de dollars.

La cryptomonnaie s’affiche sur tous les circuits © Xavi Bonilla / DPPI

Les opérations impliquant la crypto (achats de bien et services, échanges d’information ou de monnaies, etc.) s’effectuent grâce à une blockchain. Il s’agit, pour résumer, d’un registre numérique, lui aussi décentralisé. Et toute opération est, comme son nom l’indique, cryptée, à des fins de sécurité. « Avec la crypto, on peut transférer de la valeur aussi facilement que l’on peut envoyer, avec WhatsApp (application de messagerie sur smarphone. Ndlr)par exemple, une information à l’autre bout du mondenous explique Stanislas Barthelemi, consultant chez Blockchain Partner by KPMG, une agence qui accompagne les organizations sur ces nouvelles technologies. Pour en faire une image d’Epinal, il s’agit de l’Internet de la valeur. »

Ce Web 3.0 connaît une progression fulgurante. Entre 2018 et aujourd’hui, les utilisateurs et detenteurs de cryptomonnaies sont passés de 30 à 300 millions. Pour détenir ces nouvelles devises, il faut les échanger contre de la monnaie, bien réelle celle-ci, par l’intermédiaire de ces plateformes, ou exchange, évoqués precédemment. Il est égallement possible d’y troquer une crypto avec une autre. « Ces plateformes fonctionnent comme les bourses d’actionspoursuit Stanislas Barthelemi. Pour elles, il ya donc un fort enjeu d’attirer des clients, et une forte compétition

Leave a Comment