Prison avec sursis après l’attaque de leur rottweiler

Public

Canton de ZurichPrison avec sursis après l’attaque de leur rottweiler

En octobre 2019, un rottweiler avait mordu une retraitée presque à mort. Le Tribunal de district de Horgen (ZH) a condamné les propriétaires à 15 et 20 mois de prison avec sursis.

Le rottweiler s’en était déjà pris à ses propriétaires.

DR

Le Tribunal de district de Horgen (ZH) a condamné, mardi, un couple, aujourd’hui divorcé, pour lésions corporelles graves. En october 2019, leur rottweiler avait mordu une retraitée presque à mort (voir encadré). Le couple a été condamné notamment à des peines de prison avec sursis de 15 mois pour l’homme et 20 mois pour la femme, de nationalité croate.

Lors du procès qui s’est déroulé la semaine dernière, la proprietaire, âgée de 35 ans, avait affirmé qu’elle ne comprenait pas pourquoi son chien avait attaqué la victime, assurant qu’«il sign n’y avant-avat coureer. “Je me sens coupable”, avait-elle ajouté, déclarant se sentir “encore mal psychologiquement” près de trois ans après les faits.

Pourtant son rottweiler avait déjà attaqué plusieurs personnes par le passé, dont ses propres maîtres. «C’est pourquoi nous avions consulté des psychologes canins», at-elle dit. Le couple aurait abandonné cette solution après que les dresseurs leur avaient demandé d’euthanasier leur animal. «L’euthanasie de notre chien, physiquement sain, n’est pas une option pour nous», at-elle poursuivi.

La victime va «mal psychologiquement»

La retraitée attaquée a aussi témoigné devant le Tribunal de district. Elle a expliqué que l’attaque s’était produite en un instant. «J’ai croisé la femme et le chien, tout s’est passé normalement. Puis je me suis soudain retrouvée à terre», at-elle raconté. Elle a confié que, depuis ce jour, elle va “mal psychologiquement”. «Aujourd’hui, j’ai peur de n’importe quel chien», at-elle déclaré. Pour son avocat, le rottweiler était une “bombe à retardement”. Il a réclamé un dédommagement de 25’000 francs pour sa cliente.

Les avocats de la défense avaient, eux, décrit l’attaque comme “un accident tragique et non une préméditation”. En conséquence, ils avaient demandé une condamnation pour lésions corporelles simples par négligence et des peines d’amendes et de prison avec sursis.

Des arguments qui n’avaient pas convaincu le procureur, qui avait requis des peines de prison avec sursis de 24 mois pour la femme et de 18 mois pour son mari. Finalement, le Tribunal de district de Horgen s’est montré un peu plus clément. Il aussi renoncé à expulser la prévenue, ce qui avait été requis par le Ministère public.

En October 2019, la proprietaire a promené son rottweiler de près de 50 kg à Horgen (ZH). Pendant la balade, le chien a soudain attaqué une retraitée par-derrière, la mordant au visage, aux épaules et aux bras. La maîtresse de l’animal s’était enfuie sans porter secours à la victime grièvement blessée.

(sac/aze)

Leave a Comment