Ruptures de stock, pénuries : quels sont les produits les plus difficiles à trouver dans les rayons ?

Pas toujours facile de remplir son caddie en faisant vos courses ? En raison, des produits qui manquent parfois à l’appel à cause de certaines tensions sur la demande ou sur l’offre. On fait le tour des produits les plus “difficiles” à trouver.

Certains produits sont de plus en plus difficiles à trouver dans les rayons des supermarchés. Les causes de ces absences sont multiples, mais vous avez déjà fait face à un rayon dénué de tout pot de moutarde ou encore à l’impossibilité de trouver de l’huile de tournesol ces derniers temps.

Alors que dans certains cas, l’usage du mot “pénurie” est justifié, la “rupture de stock” est en revanche plus appropriée pour beaucoup de situations, explique Capital. D’ailleurs l’indice qui permet d’évaluer les produits manquant dans les rayons s’appelle le “taux de rupture”.

Moutarde, vinaigrette…

C’est le cabinet NielsenIQ qui l’a mesuré dans une étude, que BFM a relayée lundi 12 septembre. Celle-ci établit ce taux de rupture à 5,7% pour le mois d’août, quand celui-ci était de 4.1% à la même période l’an dernier.

Et en tête du classement des produits qui connaissent un taux de rupture particulièrement élevé par rapport à la moyenne, on retrouve bien sûr la moutarde dont le taux de disponibilité entre la mi-mars et la mi-août avait chuté de 21, 2%.

Viennent ensuite les vinaigrettes (-14, 1%), les produits pour le feu (-12%), les graisses à cuisiner (-11, 1%). Le manque sur ce dernier produit peut s’expliquer selon BFM par la difficulté à trouver de l’huile de cuisson.

Plus étonnants, certain produits s’ajoutent aussi à ce classement : c’est le cas des sandwiches (-10, 5%), les eaux plates natures et les eaux gazeuses natures (respectivement 9,2 et 7,1%). Les potages arrive en 8e position (- 7%) devant les chips (-6,7%).

Selon Capital citant NielsenIQ, les difficultés à trouver certains produits en rayons sont parfois causées par des comportements d’achat des consommateurs. L’exemple de l’huile a été frappant puisque lorsque l’approvisionnement est devenu plus tendu, à cause de la guerre en Ukraine, les ventes se sont en parallèle envolées, preuve que les clients en achetaient davantage.que d’hab

C’est aussi le cas pour les volailles, dont les déclinaisons surgelées figurent au tableau des produits manquant le plus en rayon selon le classement de NielsenIQ.

Leave a Comment