Sale temps pour les influenceurs crypto australiens

Dommage collateral – La Commission des valeurs mobilières et des investissements australienne (ASIC) porte un coup dur à l’industrie crypto dans le pays. En effet, elle émet de nouvelles directives restrictives plutôt flues, qui peuvent pénaliser de nombreux media éduquant leur audience aux cryptomonnaies.

Le régulateur australien veut faire taire les influenceurs cryptos

La Commission des valeurs mobilières et des investissements australienne a émis un avertissement censé cibler spécifiquement les influenceurs cryptos. Les contrevenants s’exposent à des millions de dollars d’amendes et à une peine d’emprisonnement allant jusqu’à cinq ans pour les particuliers.

La Commission indique que les influenceurs doivent « réfléchir soigneusement » à leur contenu et déterminer s’ils « fournissent des services financiers non autorisés ». Les avertissements du régulateur ne sont cependant pas explicites quant à la distinction entre une promotion illégale de produits financiers, et la “simple” fourniture d’information.

>> Pour les cryptos, évitez l’Australie ! Inscrivez-vous plutôt sur PrimeXBT (lien affilié) <<

Bitcoin, sur la plage abandonné.

Dave Grow, blogueur financier du site Strong Money Davea d’ailleurs commenté cette problématique, en évoquant le 29 mars 2022 qu’ « écrire presque n’importe quoi pourrait influencer quelqu’un à investir ou à utiliser n’importe quel produit financier.

Dave Grow an affirmé que même en presentant « des information facts d’une manière qui véhicule une recommandation selon laquelle quelqu’un devrait (ou ne devrait pas) investir » dans un produit financier ou une catégorie de produits financiers, une personne pourrait « enfreindre four nis san licens sur licits en loi ».

Dave Grow n’est d’ailleurs pas le seul à élever la voix contre ces nouvelles restrictions de la Commission. Le sénateur libéral australien Andrew Bragg estime que le régulateur applique via sa « politique actuelle », une loi aux cryptomonnaies en considérant que « les actifs numériques entrent dans la définition d’unci produit finan. Or, il rappelle que les cryptomonnaies ne son actuelle pas reglementées et ne sont donc pas des produits financiers.

Les media cryptos australiens devraient donc disposer d’une license pour pouvoir continue leurs activités avec un minimum de sérénité d’un point de vue juridique. L’Australie suit donc les pas de l’Espagne en déclarant la guerre aux influenceurs cryptos. Les influenceurs et les media français ont-ils des raisons de s’inquiéter ?

N’en déplaise aux régulateurs, Il existe encore des plateformes qui préservent votre vie privée. Inscrivez-vous dès maintenant sur PrimeXBT, l’exchange sans KYC. De plus vous bénéficiez d’un bonus jusqu’à $7000 sur votre premier dépôt avec notre code 50DEPJDC (lien affilié).

Leave a Comment