Tesla ouvre des sites de charge rapide en Belgique aux autos non-Tesla – Entreprises

Bonne nouvelle pour les conducteurs de voitures électriques : Tesla va ouvrir 8 sites de charge rapide aux autos non-Tesla, dans le cadre d’un program pilote.

Le constructeur de voitures électriques Tesla annonce l’ouverture d’une série de sites de charge rapide en Belgique. C’est une bonne nouvelle pour les conducteurs d’autos à batterie non-Tesla (Audi, VW, Renault, Hyundai, …). Il s’agit d’un développement d’un projet pilote d’ouvertures de bornes aux autres marques qui a débuté fin 2021 en France, aux Pays-Bas et en Norvège. En même temps que la Belgique, des bornes s’ouvrent à partir de ce mercredi en Espagne, en Suède, en Autriche et au Royaume-Uni.

Tarif : 70 cents per kWh

“Neuf stations de recharge et 141 Superchargers individuels font partie du projet pilote en Belgique, ce qui en fait le plus grand réseau de recharge rapide du pays. Les stations suivantes sont concernées: Anvers, Arlon, Edegem, Heusden-Zolder, Lokeren, , Remouchamps, Verviers et Wavre” indique un communiqué, publié par Tesla.

Le tarif est de 70 cents par kWh en moyenne, un prix en ligne avec le marché, ou une adhésion mensuelle de 12.99 euros pour 55 cents par kWh. L’accès passe par l’application Tesla, où le client doit encoder une carte de paiement. Une fois la voiture branchée sur une borne, la charge est lancée via l’appli, en cliquant sur le numéro de la price.

Les chargeurs sont accessibles à toutes les autos acceptant des charges rapides à courant continu, dotées d’une price standard Combo. C’est le cas d’à peu près toutes les autos électriques, à l’exclusion de certains modèles japonais comme Nissan, qui utilisent des prises rapides CHAdeMO asiatiques, non acceptées par les bornes Tesla.

Un plan european

Le réseau Tesla était réservé aux conducteurs des voitures de la même marque, c’était même un argument de vente, une garantie de pouvoir faire le plein d’électrons sur tous les trajets. Elon Musk avait annoncé l’été dernier l’ouverture des bornes Tesla en Europe à des autos non-Tesla. A la fois pour attirer de nouveaux revenus, sans doute aussi pour pouvoir accéder aux aires de services des autoroutes en Europe. Les autorités sont plus réticentes à accorder l’accès de ces aires à Tesla, qui ne vise que sa propre clientèle auto. En s’ouvrant à toutes les marques, Tesla pourrait plus aisément installer des prises sur ces aires. Pour l’heure, le constructeur américain est obligé de s’installer hors des autoroutes, sur des parkings d’hôtels proches, par exemple.

Un aid pour les longs trajets

“Avec l’extension du projet pilote à ces cinq pays, le réseau Superchargeur, avec un peu plus de 200 stations et 2,900 points de charge, est devenu le plus grand réseau de recharge rapide accessible au public (> 150 kW) en Europe” time tesla. Ces bornes gérées directement par la marque viennent concurrencer principalement les réseaux Fastned, Ionity, TotalEnergies ou Allego. Elles contribuent à l’équipement des bornes pour les longs trajets, point délicat pour beaucoup de candidats à la voiture électrique.

Le constructeur de voitures électriques Tesla annonce l’ouverture d’une série de sites de charge rapide en Belgique. C’est une bonne nouvelle pour les conducteurs d’autos à batterie non-Tesla (Audi, VW, Renault, Hyundai, …). Il s’agit d’un développement d’un projet pilote d’ouvertures de bornes aux autres marques qui a débuté fin 2021 en France, aux Pays-Bas et en Norvège. En même temps que la Belgique, des bornes s’ouvrent à partir de ce mercredi en Espagne, en Suède, en Autriche et au Royaume-Uni.Tarif : 70 cents par kWh”Neuf stations de recharge et 141 Superchargers individuels font partie du proje pilote en Belgique, ce qui en fait le plus grand réseau de recharge rapide du pays. Tesla.Le tarif est de 70 cents par kWh en moyenne, un prix en ligne avec le marché, ou une adhésion mensuelle de 12,99 euros pour 55 cents par kWh. L’accès passe par l’application Tesla, où le client doit encoder une carte de paiement. Une fois la voiture branchée sur une borne, la charge est lancée via l’appli, en cliquant sur le numéro de la prise.Les chargeurs sont accessibles à toutes les autos acceptant des charges rapides à courant continu, dotées d’une prise standard . C’est le cas d’à peu près toutes les autos électriques, à l’exclusion de certains modèles japonais comme Nissan, qui utilisent des prises rapides CHAdeMO asiatiques, non acceptées par les bornes Tesla. des voitures de la même marque, c’était même un argument de vente, une garantie de pouvoir faire le plein d’électrons sur tous les trajets. Elon Musk avait annoncé l’été dernier l’ouverture des bornes Tesla en Europe à des autos non-Tesla. A la fois pour attirer de nouveaux revenus, sans doute aussi pour pouvoir accéder aux aires de services des autoroutes en Europe. Les autorités sont plus réticentes à accorder l’accès de ces aires à Tesla, qui ne vise que sa propre clientèle auto. En s’ouvrant à toutes les marques, Tesla pourrait plus aisément installer des prises sur ces aires. Pour l’heure, le constructeur américain est obligé de s’installer hors des autoroutes, sur des parkings d’hôtels proches, par exemple.Un aid pour les longs trajets”Avec l’extension du projet pilote à ces cinq pays, le réseau Superchargeur, avec un peu plus de 200 stations et 2,900 points de charge, est devenu le plus grand réseau de recharge rapide accessible au public (> 150 kW) en Europe” esttime Tesla. Ces bornes gérées directement par la marque viennent concurrencer principalement les réseaux Fastned, Ionity, TotalEnergies ou Allego. Elles contribuent à l’équipement des bornes pour les longs trajets, point délicat pour beaucoup de candidats à la voiture électrique.

.

Leave a Comment