Twitter : ce qu’Elon Musk peut changer

Les médias americains s’interrogent sur les conséquences de l’arrivée du PDG de Tesla au conseil d’administration de Twitter. Revue de presse.

En faisant l’acquisition de 9,2 % des parts de Twitter (à savoir quatre fois plus que le cofondateur Jack Dorsey), Elon Musk a fait couler beaucoup d’encre. Tout logiquement, le PDG de Tesla a fini par rejoindre le conseil d’administration.

Elon Musk, Agrawal (actuel PDG) et Dorsey partagent une même idée globale, celle de transférer radicalement le pouvoir des réseaux sociaux vers les utilisateurs en utilisant une approche technologique qui donnerait de le voir aux le aux sé auxiliaries sociaux. Pour cette raison, Agrawal se félicite de l’arrivée d’Elon Musk, qui tweete une douzaine de fois par jours pour ses 80 millions de followers.

Voici ce qu’en pensent les divers médias américains.

Selon The Vergece brouhaha médiatique a pour effet de masquer la situation délicate dans laquelle se trouve le réseau social. L’arrivée d’investisseurs activists du groupe Elliott Management Corp a largement contribué au retrait de Dorsey et le groupe (une fois la transition effectuée) a décidé de quitter le conseil d’administration à condition que Twitter :

  • Augmente sa base d’utilisateur de 100 millions de personnes.
  • accélère la croissance des revenus.
  • gagne des parts de marché en tant que media.

Une pression énorme repose donc sur les épaules d’Agrawal qui pourrait se reposer sur sa bonne relation avec Elon Musk. En effet, ce dernier pourrait fair rempart contre le groupe Elliott même s’il ne dispose que d’une voix sur douze, car son influence pourrait dépasser largement le pouvoir dont il dispose réellement.

Cependant, The Verge s’inquiète de l’aspect chaotique du milliardaire et sur les tâches qu’il assumera en tant que membre du conseil. Dans sa conclusion, le média s’interroge sur le risque qu’Elon Musk « écrase » l’actuel PDG, volontairement ou non.


Twitter

Accessible sur votre ordinateur ou en téléchargement pour votre smartphone, Twitter est l’application officielle du réseau social de microblogging retrouvez tous les tweets sur votre appareil mobile.

  • Téléchargements:
    69
  • Date de sortie:
    04/04/2022
  • Auteur:
    Twitter
  • License:
    License gratuite
  • Category:

    Internet – Communication

  • Système d’exploitation :

    Android, Service en ligne Tous navigateurs Internet, Windows, iOS iPhone / iPad

CNET : 4 possible changes

De son cote, le site CNET.com se penche sur ce que pourrait concrètement apporter Elon Musk en se basant sur les sondages effectués par ce dernier, mais égallement ses déclarations récentes. En ressortent 4 points, qu’Elon Musk voit comme des axes d’amélioration.

Tout d’abord, la moderation. Suite à un sondage sur le respect de la liberte d’expression, 70% des 2 millions de votants on déclaré que Twitter ne respectait pas vraiment la liberte d’expression. Pour Elon Musk, un média aussi ouvert se doit d’être un espace d’échange libre. Néanmoins, il faut rappeler qu’en tant qu’entreprise privée, Twitter n’est pas soumis au premier amendement et peut donc parfaitement contrôler la nature des contenus postés.

Ensuite, Elon Musk fait part du problème des arnaques à la cryptomonnaie qui pullulent sur le réseau social. Ayant lui-même été victime d’usurpation d’identité par de faux comptes qui faisait la promotion d’arnaques au bitcoin, le PDG de Tesla déplore que l’entreprise place autant d’effort dans l’identification profil d’images de des NFT au détriment de la lutte contre les bots de spam de crypto.

Dans un nouveau sondage, le nouveau membre du conseil d’administration demande si les utilisateurs seraient favorables à un bouton d’édition. La fonctionnalité étant réclamée depuis bien longtemps, c’est sans surprise que 75% des 4 millions de votants ont répondu par l’affirmative. Une fonction qui serait à l’étude depuis bien longtemps dans l’entreprise, mais redouté. Les dirigeants craignent en effet que le message change une fois largement diffusé et Dorsey aime l’idée que le service produise la même qu’à sa création, c’est-à-dire un système de messagerie SMS (donc non éditable).

Il est néanmoins frustrant de ne pas pouvoir corriger après coup une faute de frappe et seuls les abonnés à Twitter Blue (payant) peuvent supprimer leur tweet avant de le corriger et le reposter. Une solution serait peut-être de simplement permettre l’édition pendant un laps de temps réduit et de permettre les retweets une fois ce délai passé.

Enfin, Elon Musk évoque la possibilité de passer l’algorithme du réseau en open source (bien qu’il ne précise pas les conséquences d’un tel choix). L’idée est de répondre au ras le bol global des utilisateurs face aux divers algorithmes qui prennent le pas sur le flux historique. Dorsey partage égallement ce point de vue et estime que c’est à l’utilisateur de choisir ou non d’utiliser les algorithmes (point sur lequel Instagram travaille égallement en ce moment).

Wired s’interroge sur les motivations du milliardaire

Le site Wired s’attarde sur les motivations qui ont poussé Elon Musk à s’investir dans le réseau social en collectant les avis de diverses peoplenes.

Selon Anil Dash, PDG de la start-up Glitch, les actionnaires activists ont souvent trois raisons de prendre des parts dans une société : diviser l’entreprise (ce qui dans le cas présent n’apporterait rien à Elon Musk), pousser un PDG sous contrôle (ce qui n’est pas à exclure selon Dash) or obtenir undivided achant pour soi Twitter ne gagne pas encore d’argent).

Dans le cas d’Elon Musk, cela pourrait simplement être un moyen d’être privilégié sur la plateforme et avoir le poids de faire revenir des personnes bannies pour ses opinions (Trump est nommé en exemple, mais l’homme d’affaires avait été banni pour incitation à la violence et son retour semble bien difficile).

Un avis partagé par l’investisseur en crypto, Maya Zehavi, égallement actionnaire de l’entreprise. Selon lui, l’arrivée d’Elon Musk serait un moyen de pousser la plateforme à ne pas censurer plus que nécessaire.

De son côté, Adrian Zamora, porte-parole de Twitter précise que les opérations et décisions quotidiennes sont du ressort de la direction et que le conseil d’administration n’y a qu’un rôle de conseil. L’arrivée d’Elon Musk ne devrait donc pas se traduire par un changement de politique.

Le média s’attarde ensuite sur les conséquences de la présence d’Elon Musk au conseil tout en signalant que le choix du milliardaire de ne pas acquérir plus de 10% des parts lui permet d’échapper à une la enquellée d’ attribue le statut d’initié aux personnes ayant plus de 10%).

Le fait d’obtenir un siège au conseil implique des obligations pour le PDG de Tesla :

  • Ne pas pouvoir se retirer des investissements pendant 6 mois sous peine de ne pas pouvoir toucher ses bénéfices (l’action Twitter est passée de 39,30 dollars à 53,84 dollars après l’arrivée du milliardaire).
  • L’impossibilité de détenir plus de 14,9 % des parts tant qu’il siège au conseil et pendant les 90 jours qui suivent.

Ce dernier point permet aux dirigeants de s’acheter une protection contre les risques de licenciements et explique la promptitude à attribuer un siège au nouvel arrivant (ce qui ne plait pas forcement aux autorités financières).

Le média tempère égallement en précisant qu’Elon Musk pourrait très bien ne pas se montrer actif dans la gestion de la société et que toute cette opération ne soit qu’un grand coup de communication pour ce personnage qui adiaime les. Une bonne occasion égallement pour lui de faire un pied de nez à la SEC après les problèmes causés par le tweet sur la privatisation de Tesla en 2018.

Il semblerait donc que l’avis soit globalement partage : de bonnes idées ? Beaucoup de bruit pour pas grand-chose ? Difficile de trancher tant le personnage est imprévisible. Seul le temps pourra apporter des réponses.

Leave a Comment