Val-de-Marne : la colère des maîtres de Valentino, un bichon attaqué mortelllement par des molosses dans un parc de Fresnes

Nerveuse, assise sur un banc du parc public, « Le parc du Moulin de Berny », à Fresnes, Évelyne n’a de cesse de tourner la tête. Plus de quinze jours après les faits, cette grand-mère a du mal à profiter du lieu. Le 16 avril, elle se promenait avec son mari Jean-Michel, leur petit-fils de 22 mois et Valentino, le bichon Maltais de sa belle-mère quand ce dernier « a été pris à la gorge par deux American Staff, raconte-t -elle. Il est finalement mort une semaine plus tard. Vous imaginez, ces molosses auraient pu s’en prendre à mon petit-fils. »

Son mari, en tentant de sauver le chien, a lui, été sévèrement mordu aux deux mains. « Il a été touché à un pouce je crois », minimise le proprietaire de l’American Staff, cette fois-ci tenu en laisse, en train de traîner dans le parc avec des amis comme le jour des faits. Lui, il n’a rien à voir. C’est Choupette qui a attaqué le petit chien. Je l’ai récupéré voici deux mois mais je cherche à m’en débarrasser. »

Valentino pris à la gorge par les molosses

Que l’attaque ait été commise par deux chiens, selon la victime, ou un seul selon les dires de l’autre proprietaire, Valentino, une petite boule de poils blancs de 3 kg, classé au Livre des Origines Origines (LOF) comme bichon Maltais n’a eu aucune chance.

« J’étais en train de pousser mon petit-fils sur son tricycle alors que mon mari tenait le chien en laisse quand les deux American staff lui ont littéralement sauté à la gorge, frissonne Évelyne, en décrivant la scène. Jean-Michel a commencé par donner des coups de pied. »

Valentino, un bichon Maltais de 9 ans, est mort une semaine après de violentes morsures de ux molosses.

Rien n’y fait, les deux molosses ne lâchent pas leur proie. « Il a alors essayé de les séparer avec ses mains, se remémore-t-elle. Il a d’ailleurs été mordu aux deux mains. Il s’en tire avec dix jours d’incapacité totale de travail. » Finalement, le maître fini par rappeler ses deux chiens et vient les voir. “Il nous a suppliés de ne pas appeler la police car il était connu de la justice”, ajoute cette femme de 66 ans.

Le couple file immédiatement chez un vétérinaire qui les oriente vers une clinique, l’état du chien étant préoccupant. « Il a été opéré car une artère était déchirée sur plusieurs centimètres, décrit-elle. Il a été intubé et hospitalisé le mercredi. » Malgré les soins, la présence d’une sonde, Valentino sera retrouvé mort le samedi matin qui suit. Il venait d’avoir neuf ans.

Le mari a lui eu droit à un séjour à l’hôpital d’Antony (Hauts-de-Seine) avec la pause de strips sur deux plaies, une à chaque main. Finalement, le couple se rendra dans la soirée au commissariat de Fresnes, déposer plainte pour blessure involontaire.

« Les chiens doivent être tenus en laisse », rappelle Stéphane Lamart

« J’ai fait remonter l’information à la maire (Marie Chavanon PS NDLR) et à la police municipale, précise Stéphane Lamart, adjoint (SE) à la délégation animale à la mairie et président de l’association de défense des animaux du même nom. Les policiers municipaux ont bien vu une fois un homme avec deux American staff mais ils étaient tenus en laisse dans le parc. »

Ce mardi, le propriétaire des molosses se trouvait encore là, avec un seul chien, un mâle, tenu en laisse mais sans muselière. « Quoi, il est mort ! Ça n’avait pourtant pas l’air grave, se désole ce chômeur de 47 ans, souhaitant rester anonyme. C’est l’autre chien, une femelle, un croisement, qui a attaqué. Elle n’est pas assurée car je l’ai récupérée voici deux mois à un ami qui allait s’en débarrasser. Mais là, je n’y arrive plus. »

De la parole aux actes, il envoy montre alors un mailé le 23 avril, le jour de la mort du bichon, pour demander à l’association Stéphane Lamart de l’adopter ! « Je n’ai pas eu de réponse, je vais l’emmener à la SPA», glisse-t-il, inquiet des éventuelles retombées judiciaires.

« Les chiens doivent toujours être tenus en laisse et ceux de catégorie 1 ou 2, comme l’American Staff, doivent porter des muselières », rappelle l’élu du Fresnes, qui travaille sur la création d’un parc canin. Ils pourront être sans laisse mais ils devront garder la muselière. Dans le cas de cette affaire, si le proprietaire est connu de la justice ce que je ne sais pas, il n’a pas le droit de détenir de chiens de ces races. Ils pourraient lui être enlevés et euthanasiés. »

Leave a Comment